La laitue romaine

Elle se reconnait entre mille, la « romaine » : jeunes feuilles dressées et spatulées, fortement cloquées, se creusant comme la paume d’une main  pour s’imbriquer en une pomme resserrée, plus ou moins grosse selon le cultivar, verte ou rouge. De fait, les « romaines » sont cultivées de longue date, répertoriées dans la nomenclature botanique comme « laitue à longues feuilles » (Lactuca sativa var. longifolia).

Les romaines auraient vu le jour… à Chypre et un de leur avatar, non pommé, aurait déjà été cultivé dans l’Égypte des pharaons. Les formes que nous connaissons aujourd’hui sont enfants de la Renaissance. Leur introducteur en France ne serait rien moins que François Rabelais qui, selon, la chronique, en aurait expédié des graines d’Italie au milieu du XVIe siècle : « touchant les graines que je vous ay envoyées, je vous puis assurer que ce sont des meilleurs de Naples » confirme dans un courrier le père de Gargantua et de Pantagruel. Les papes d’Avignon les feront cultiver dans leurs jardins et les populariseront rapidement dans toute la France. Une France amputée de l’Alsace, toujours germanique, elle ! Il faudra encore quelques décennies pour que la laitue romaine soit adoptée dans les potagers de l’est du pays. « J’ignore combien de temps elle a mis à pénétrer en Alsace, précise Charles Gérard dans L’Ancienne Alsace à table. Elle n’a dû y arriver qu’avec les intendants [français] du XVIIe siècle ».

Au jardin, les romaines demandent un coin ensoleillé et un sol frais et bien ameubli avant culture, riche en humus ancien, comme toutes les laitues d’ailleurs. Les premières se sèment dès mars, les dernières en juin. Le semis direct (4 à 5 graines tous les 25 cm) est d’entretien contraignant, voire délicat (arrosage, éclaircissage, désherbage), vorace en place aussi, à une époque où on n’en a jamais trop au potager ! Préférez donc un semis en plaque de culture avec repiquage. Enterrez très légèrement la graine et mettez le jeune plant en place 4 semaines plus tard à 25 cm d’écartement.

Comme toutes les laitues, la romaine n’est pas une frileuse (la graine germe à partir de 5°C). À l’instar des autres (et malgré ses origines méditerranéennes), elle apprécie peu la chaleur. Sa germination est contrariée à partir de 20°C et même totalement inhibée au-dessus de 25 °C. Semez idéalement entre 10 et 15°C, la levée de la graine se fait alors en moins de 7 jours.

Notre « laictue de Lombardie », qu’on nommait aussi jadis chicon ou chipon, est donc une très ancienne laitue, certaines vieilles variétés comme ‘Ballon de Bougival’ ou ‘Blonde maraîchère’ (photo) restant toujours très appréciées. Les jeunes, cependant, poussent à la roue ; ainsi ‘Tintin’, une douce et délicieuse mini-romaine qui forme sa pomme tendre et sucrée après moins de 8 semaines de culture.

Les romaines sont des salades délicieusement craquantes. Attention tout de même : être « bon comme la romaine » ne laisse pas augurer d’une quelconque appréciation culinaire ! Être « bon comme la romaine », c’est, littéralement, se faire prendre la main dans le sac et finir… dans le « panier à salade »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer