jeudi, octobre 29
Shadow

Mois : septembre 2017

Le chénopode Bon-Henri, sauvage ou cultivé

Le chénopode Bon-Henri, sauvage ou cultivé

Connaissance des plantes
Estomaqué, le jardinier anglais William Robinson lors de son arrivée à Paris en 1867 ! Il enquêtait alors sur la production légumière vendue sur les marchés de la capitale. Le futur auteur de The Wild Garden (1870) et The English flower Garden (1883) témoigne avec enthousiasme de la fraîcheur et de l'étendue de la gamme proposée : « un perpétuel mois de mai ». Artichauts, cardons, pommes de terre (en nombreuses variétés, primeurs ou tardives), arroches rouges et blanches, cerfeuils tubéreux remplissaient à profusion les étals. Il s'attarda en particulier sur ce « légume réellement fin et délicieux », le chénopode Bon-Henri. Un chénopode qui n'était alors ni une originalité ni une nouveauté ! De longue date, les Suisses s'en servaient pour préparer une sorte de potage mélangé de lait et

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer